Aller au contenu principal

IBSchek™

Le premier test sanguin diagnostique du syndrome du côlon irritable (SCI) lorsque le patient présente une diarrhée intermittente (SCI-M) ou prédominante (SCI-D).

Echelle de Bristol

Le syndrome du côlon irritable touche 10 % de la population occidentale1.

Les symptômes du SCI sont l’un des 10 principaux motifs de consultation chez le médecin. Mais les similitudes de symptômes entre le SCI et d’autres troubles gastrointestinaux sont nombreuses. Ainsi, le diagnostic du SCI peut prendre beaucoup de temps et s’avérer invasif pour le patient. IBSchek™ apporte une solution aussi simple que révolutionnaire : UN SIMPLE TEST SANGUIN SUR 1 TUBE DE SANG EDTA pour déterminer un SCI.

IBSchek™ peut être prescrit pour 60 % des cas de SCI (SCI-M et SCI-D)2,3 lorsque le patient présente une diarrhée :

  • Intermittente (SCI-M)
  • Prédominante (SCI-D).
bristol stool chart

 

Une solution simple s’adressant à vos cas complexes

Jusqu’à présent, déterminer une SCI-M et une SCI-D se faisait sur un diagnostic d’exclusion basé sur des investigations invasives associées aux critères ROME III/IV.

Ceci entrainait un processus long, complexe et coûteux de diagnostic différentiel coeliaque.

Physiopathologie du SCI

MOINS INVASIF, PLUS RAPIDE, MOINS CHER

IBSchek est à ce jour la seule méthode qui vous aide à diagnostiquer et traiter le syndrome du côlon irritable (SCI) rapidement, sans besoin d’un examen approfondi.

Ce simple test sanguin se distingue des méthodes invasives de diagnostic du SCI.

IBSchek repose sur la physiopathologie du SCI qui résulte de changements moléculaires post infectieux, tout en permettant un diagnostic différentiel du SCI par rapport aux maladies inflammatoires intestinales.

Physiopathologie du SCI

Des études ont montré une relation directe entre un épisode de gastro-entérite aiguë ou une intoxication alimentaire et la survenue du SCI4. Les entérobactéries Campylobacter jejuni, Escherichia coli, Salmonella spp. Et Shigella spp. jouent un rôle essentiel dans la pathogenèse du SCI par la sécrétion d’ une toxine appelée Cytoletha Distending Toxin b (CdtB).

IBScheck

Le corps réagit à la CdtB par une réponse immunitaire, générant des anticorps dans le système sanguin.

En raison de similitudes structurelles, ces anticorps réagissent de manière croisée à une protéine qu’on trouve dans les nerfs de l’intestin, la vinculine. Ce processus, appelé mimétisme moléculaire, aboutit à une réponse auto-immune qui affecte la fonction de l’intestin, entraînant une dégradation neuronale et une motilité réduite.

Une présentation à la Digestive Disease Week 2017 a démontré ce mécanisme  d’induction de l’anticorps anti-vinculine par l’injection sous-cutanée de CdtB dans un modèle animal in vivo.

Il en résulte des douleurs abdominales et des ballonnements, soit les symptômes et signes initiaux du SCI.

IBSchekTM

  • Détermine la présence d’anticorps anti-CdtB et anti-vinculine chez les patients atteints de SCI mixte (SCI-M) et de SCI associé à la diarrhée (SCI-D) avec une spécificité de plus de 90 %5. Un résultat positif fournit un diagnostic sûr.
  • Un résultat négatif n’exclut pas le SCI et doit inciter à poursuivre les investigations.
  • La sérologie de la maladie coeliaque doit également être ou avoir été réalisée.
IBSchek

Ce simple test sanguin se distingue des méthodes invasives de diagnostic du SCI.

Diagnostic et traitement

IDENTIFIER PRÉCISÉMENT LE PROBLÈME

Grâce à IBSchek, plus besoin de procéder par exclusion pour diagnostiquer le syndrome du côlon irritable (SCI).

L’un des troubles les plus difficiles à identifier...

Lorsque les patients présentant des symptômes du SCI consultent leur médecin généraliste, interniste ou gastro-entérologue, ces symptômes peuvent facilement être confondus avec d’autres troubles gastro-intestinaux.

Les douleurs et les gênes abdominales, par exemple, sont les deux motifs de consultation les plus fréquents2.

Environ 50% des patients ayant un SCI souffrent de maux de tête, de maux de dos, d’un sommeil perturbé et de fatigue2.

Le diagnostic du SCI est donc entravé par des symptômes qui pourraient être associés à d’autres troubles.

Les médecins peuvent avoir des difficultés à attribuer ces symptômes au SCI, ce qui entraîne parfois jusqu’à 5 ans de retard avant le diagnostic définitif2.

Le SCI peut également être sur-diagnostiqué, notamment lorsque les patients souffrent d’un cancer de l’intestin, de l’estomac ou des ovaires.

... peut maintenant être diagnostiqué en toute confiance

IBSchek est un test ELISA breveté, basé sur 2 biomarqueurs sériques validés (anti-CdtB et anti-vinculine), avec une spécificité prouvée de plus 90 % pour le diagnostic du SCI5. Ces biomarqueurs fournissent des résultats fiables, faisant d’IBSchek le seul test sanguin sûr pour le diagnostic du SCI.

IBScheck

... et être traité efficacement

Plusieurs études démontrent l’efficacité de certaines approches thérapeutiques, notamment :

  • la diète pauvre en FODMAPS
  • (Fermentable Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides and Polyols)12-15
  • Duspatalin® Retard
  • Iberogast® teinture19
  • la rifaximine (Xifaxan®) off-label6-8
  • l’eluxadoline (Truberzi®) pas disponible (2017)9-11
  • les probiotiques16-18
IBSCHECK

IBScheck

 

Prescriptions IBSchekTM

DEUX ÉTAPES POUR UN DIAGNOSTIC FIABLE

IBSchek est le seul test sanguin certifié capable de diagnostiquer le syndrome du côlon irritable (SCI) mixte et le SCI associé à la diarrhée.

Deux étapes suffisent pour commander les tests IBSchek :

IBSchek

Prescrivez IBSchek via la plateforme en ligne e-Unilabs

ou

Placez l’autocollant IBSchek™ EDTA sur le formulaire habituel Unilabs, à la rubrique « Renseignements cliniques / autres analyses ».

IBSchek

Prélevez un échantillon de 4 ml de sang EDTA auprès de votre patient.

IBSchek

Tarif : 260 CHF dont 116 CHF remboursables

IBSchek

Délai : 2 semaines

IBScheck
 
1 Canavan C et al. The epidemiology of irritable bowel syndrome. Clin Epidemiol. 2014; 6: 71–80. doi: 10.2147
2 IBS in America, Survey summary findings, December 2015
3 Lovell RM, Ford AC. Global prevalence of and risk factors for irritable bowel syndrome: a meta-analysis. Clin Gastroenterol Hepatol. 2012;10(7):712-721
4 Halvorson HA, Schlett CD, Riddle MS. Postinfectious irritable bowel syndrome--a meta-analysis. AM Gastroenterol. 2006; 101(8):1894-1899.
5 Pimentel M, Morales W, Rezaie A, Marsh E, Lembo A, Mirocha J, et al. (2015) Development and Validation of a Biomarker for Diarrhea-Predominant Irritable Bowel Syndrome in Human Subjects. PLoS ONE 10(5): e0126438. doi:10.1371/journal.pone.0126438
6 Pimentel, M, Lembo, A., Chey WD et al. Rifaximin Therapy for Patients with Irritable Bowel Syndrome without Constipation. N Engl J Med 2011;364:22-32.
7 Lembo AJ, Lacy BE, Zuckerman MJ, et al. Eluxadoline for Irritable Bowel Syndrome with Diarrhea. N Engl J Med 2016;374:242-53. DOI: 10.1056/NEJMoa1505180
8 Laterza L, Laniro G, Scoleri I, et al. Rifaximin for the treatment of diarrhoea-predominant irritable bowel syndrome. 2015 Mar;16(4):607-15. doi: 10.1517/14656566.2015.1007951. Epub 2015 Feb 1.
9 Lacy BE. Emerging treatments in neurogastroenterology: eluxadoline – a new therapeutic option for diarrheapredominant IBS. Neurogastroenterol Motil (2016) 28, 26–35
10 Brooks D. Cash, Brian E. Lacy, Tharaknath Rao & David L. Earnest (2015): Rifaximin and Eluxadoline — Newly Approved Treatments for Diarrhea-Predominant Irritable Bowel Syndrome: What is Their Role in Clinical Practice Alongside Alosetron?, Expert Opinion on Pharmacotherapy, DOI: 10.1517/14656566.2016.1118052
11 Cash BD, Lacy BE, Schoenfeld PS, et al. Safety of Eluxadoline in Patients with Irritable Bowel Syndrome with Diarrhea. Am J Gastroenterol 2016; doi: 10.1038/ajg.2016.542
12 Barrett JS. How to institute the low-FODMAP diet. Journal of Gastroenterology and Hepatology 2017; 32 (Suppl. 1): 8–10 doi:10.1111/jgh.13686
13 Tuck C, Barrett JS. Re-challenging FODMAPs: the low FODMAP diet phase two. Journal of Gastroenterology and Hepatology 2017; 32 (Suppl. 1): 11–15 doi:10.1111/jgh.13687
14 Staudacher HM. Nutritional, microbiological and psychosocial implications of the low FODMAP diet. Journal of Gastroenterology and Hepatology 2017; 32 (Suppl. 1): 16–19 doi:10.1111/jgh.13688
15 O’Keeffe M, Lomer MCE. Who should deliver the low FODMAP diet and what educational methods are optimal: a review. Journal of Gastroenterology and Hepatology 2017; 32 (Suppl. 1): 23–26 doi:10.1111/jgh.13690
16 Quigley EMM. Probiotics in Irritable Bowel Syndrome The Science and the Evidence. J Clin Gastroenterol [1] Volume 49, Supp. 1, November/December 2015
17 Ritchie ML, Romanuk TN (2012) A Meta-Analysis of Probiotic Efficacy for Gastrointestinal Diseases. PLoS ONE 7(4): e34938. doi:10.1371/journal.pone.0034938
18 Didari T, Mozaffari S, Nikfar S et al. Effectiveness of probiotics in irritable bowel syndrome: Updated systematic review with meta-analysis. World J Gastroenterol 2015 March 14; 21(10): 3072-3084 ISSN 1007-9327 (print) ISSN 2219-2840 (online)
19 Ottillinger B., Storr M., Malfertheiner P. et al.,  STW 5 (Iberogast)—a safe and effective standard in the treatment of functional gastrointestinal disorders, Wien Med Wochenschr. 2013 Feb; 163(3-4): 65–72.

BIENVENUE SUR UNILABS.CH

ACCÉDER AU SITE INTERNET

OU: SÉLECTIONNER UN SITE UNILABS NATIONAL DANS LA LISTE CI-DESSOUS